L’aventure Erasmus+ contée par Zahra, volontaire service civique à l’EIAPIC

Ça y est je m’installe à l’étranger dans le cadre du programme Erasmus + ! Après l’obtention de mon diplôme en novembre 2014, j’ai pris la décision de m’expatrier dans un pays anglophone, pour plusieurs raisons :

  1. Améliorer mon niveau d’anglais. Eh oui, je fais partie des français, qui malgré leurs 5 années d’études, sont toujours des quiches en anglais (bad life !)
  2. Découvrir une nouvelle culture. De nature curieuse, j’ai besoin de côtoyer l’altérité, découvrir de nouvelles manières de penser. L’objectif étant de rencontrer des personnes différentes afin de m’apporter une ouverture d’esprit encore plus grande !
  3. Assurer mon avenir professionnel. Travailler à l’étranger me permettrait de valoriser mon cv : c’est un gage de débrouillardise, de mobilité et d’adaptabilité, avec en complément un niveau d’anglais correct

Pour mener à bien ce projet il m’a fallu faire des recherches, je vais vous expliquer ma démarche en détail :

Tout d’abord, je me suis aidée du site internet le Guide de la mobilité. En effet, il m’a permis de découvrir plusieurs dispositifs dont le programme Erasmus +. Ce dernier a pour objectif de soutenir la mobilité des jeunes, avec la réalisation d’un stage de trois mois dans une entreprise faisant partie de l’Union européenne. Après avoir obtenu cette information, je me suis rapprochée de la Mission Locale  afin d’être accompagnée par un professionnel. En prenant en compte mon besoin de partir à l’étranger, ma conseillère de la Mission Locale m’a informée que l’organisme de formation l’AFEC Europe proposait un départ fin mars en Erasmus +. J’ai donc envoyé mon dossier de candidature et j’ai obtenu, après un entretien (en français et en anglais pour mesurer le niveau de langue) une réponse positive.  

L’AFEC Europe s’est alors chargé de me trouver un stage qui aura lieu dans une clinique  à Eastbourne, en Angleterre, où je vais occuper un poste d’agent administratif RH (en lien avec mon domaine de compétence). Pour ce qui est du logement, je serai hébergée par une famille d’accueil. Il est important de le souligner, les frais d’hébergement (sans pension complète) sont pris en charge par l’organisme de formation, ainsi que le billet d’avion (oui, oui ce n’est pas une blague !!).

En parallèle de cela, depuis décembre, j’ai assisté à des cours d’anglais grâce aux ateliers Let’s go organisés par la Mission Locale en partenariat avec le CEREL de Mantes-la-Jolie. En effet, pour occuper mon poste en Angleterre, il était indispensable d’avoir des bases solides en anglais. Je vous recommande vivement ces ateliers car ils sont très ludiques et permettent de travailler sur l’expression orale et écrite.

Pour conclure, il est important que vous sachiez que ce projet n’a pas été réalisé du jour au lendemain. Il m’a fallu beaucoup de patience et de recherche. J’ai eu la chance d’avoir découvert le guide de la mobilité qui a répondu très rapidement à mes attentes. Ma conseillère de la Mission Locale et la responsable de l’AFEC Europe ont également été des acteurs forts de ce projet. J’ai pu bénéficier d’un suivi spécialisé.

Bien évidement, le projet n’est pas fini, c’est juste le début d’une grande aventure ! La suite au prochain épisode…

Facebook Comments
Print Friendly